PARLE-MOI DE JÉSUS Index du Forum
PARLE-MOI DE JÉSUS
Connaître Jésus et se faire connaître en Jésus. Une simple communion fraternelle inspirée de l'Esprit.
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
PARLE-MOI DE JÉSUS Index du Forum
PARLE-MOI DE JÉSUS Index du Forum POUR VOIR LA GLOIRE DE DIEU
PARLE-MOI DE JÉSUS Index du Forum TRANSFORMÉ DE GLOIRE EN GLOIRE Le Bien et le Mal
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
14/08/2008 06:58:30
Auteur Message
Pierre Sabourin
Votre hôte

Inscrit le: 26 Oct 2005
Messages: 253
Localisation: Stoneham, Québec, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Le Bien et le Mal
Le Bien et le Mal

par Harold Smith

source: http://www.pleinsfeux.com/article.php?sid=319

« Puis l’Éternel Dieu planta un jardin en Éden (ce qui signifie délices), du côté de l’Orient, et il y mit l’homme qu’il avait formé (fabriqué ou constitué). »

« L’Éternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons (adéquat, plaisant) à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance (ou la différence entre) du bien et du mal. »

« L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; Mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras ». Genèse 2:8-17

Il existe une certaine tendance parmi les croyants de voir la vie comme si c’était une page dans un livre avec une ligne bien tracée au milieu avec un côté identifié par « Dieu » et l'autre par « Satan ». Dans notre esprit, tout ce qui nous arrive que nous considérons comme étant « bon » est placé sous l'en-tête de « Dieu » ; et tout ce qui nous arrive qui est considéré « méchant » ou « mauvais » est placé sous la colonne qui est intitulée « Satan ». Lorsque les « bonnes » choses se produisent, il y a de bonnes raisons pour louer Dieu ; quand les « mauvaises » se produisent, nous commençons à prier pour que Dieu les fasse arrêter. Dieu est bon, Satan est diabolique ; et puisque Dieu ne pourrait jamais permettre à rien de mauvais d’entrer dans notre vie, cela semble tomber sous le bon sens de les diviser, pour faire une distinction bien claire entre le deux, n’est-ce pas ?

En développant ce genre de manière de penser, selon les Écritures ci-dessus, nous embrassons la mort.

Cet arbre dans le jardin n'était pas appelé « l'arbre de la connaissance ». Le nom sur l'arbre était « l'arbre de la connaissance qu’il y a une différence entre le bien et le mal ». Avant qu'Adam et Ève ne mangent du fruit de cet arbre, pour eux, il n'y avait aucune distinction entre ce qui était bon et ce qui était mal, ce qui étaient des bénédictions et ce qui étaient des calamités. Tout provenait de Dieu… et tout était simplement bon parce qu'Il est la bonté. Nous ne parlons pas ici de la méchanceté pécheresse, parce que la méchanceté pécheresse émane du cœur de l'homme, pas du cœur de Dieu. Plutôt, nous faisons référence aux méchantes calamités, ces choses qui nous tombent dessus sans que nous en ayons le contrôle.

C'était dans ce lieu du paradis, ce lieu appelé « délices », que Dieu et l'homme ont vécu ensemble dans une parfaite harmonie. Dieu était maître de tout ce qui arrivait et l’homme était en parfaite confiance que tout ce qui lui arrivait était formulé dans le cœur de Dieu. Parce qu'il n'avait aucune connaissance que ces calamités étaient quelque chose à être vues comme anormales, tout était tout simplement une bénédiction.

« Je forme la lumière, et je crée les ténèbres, je donne la prospérité, et je crée l’adversité ; Moi, l’Éternel, je fais toutes ces choses ». Ésaïe 45:7

La transformation qui s’est produite en prenant du fruit de cet arbre est arrivée seulement à l’interne, dans l’esprit d’Adam et Ève. Rien d'autre n'a changé pendant cette journée, sauf leur façon de percevoir Dieu. En apparence, tout est demeuré le même, Dieu était toujours sur Son trône. Cependant, une simple action de désobéissance a provoqué leur éloignement de cette confiance qu’ils avaient dans la réalité de ce Dieu. Ils le voyaient désormais différemment. Ils se sont déplacés du royaume de la lumière vers le royaume de l'obscurité et, puisque la lumière et l'obscurité ne peuvent occuper le même espace en même temps, ils ont été forcés de quitter la présence de Dieu.

Ce que Jésus fait comme le « Dernier Adam » (I Corinthiens 15:45) est de rendre possible notre réintégration dans ce lieu de « délices », le royaume de la lumière, la présence de Dieu. En embrassant tout ce qu'Il est, nous avons la merveilleuse opportunité de marcher avec Lui, de reprendre expérimentalement cet endroit de confiance. C’est véritablement un lieu de délices. Tout ce dont Adam et Ève avaient besoin était à portée de mains. Ils ne manquaient de rien. Dieu était présent pour tout, leur source pour tout. Il était enchanté par eux et ils étaient enchantés par leur confiance en Lui. Un endroit que notre esprit espère réoccuper depuis longtemps.

La « guerre » dans laquelle nous nous sommes engagés n'est pas externe, mais interne (II Corinthiens 10:3-6). Le champ de bataille, pour nous, est le même endroit que celui d’Adam et Ève, dans notre esprit, ce qui fait que Dieu est bon. Le combat est de retourner dans ce lieu de délices, ce lieu de confiance dans le Seigneur qui ne laissera rien de ce que nous pouvons voir, sentir, ou entendre, provoquer notre éloignement de la vraie connaissance qui dit, pour les croyants, qu’Il fera tout pour que ce qui nous arrive soit finalement pour notre bien, pour notre bénéfice spirituel (Romains 8:27, 28).

Comme croyants, nous nous mettons nous-mêmes dans un dilemme quand nous ne comprenons pas véritablement qui est Dieu et ce qu'Il recherche dans nos vies. Dieu est avant toute chose intéressé par notre esprit, par la condition de notre cœur. Toutes les autres choses, permettez-moi de le répéter, toutes les autres choses sont secondaires et peuvent être sacrifiées à cause du schéma de l'éternité. Il sait que la seule chose qui durera est l'esprit. Alors nous prions, « Seigneur, façonne-moi à ton image », et attendez-vous à ce que ce soit un certain processus magique et éthéré. Dieu dit, « OK », et Il prend Ses outils de moulage des tribulations (Jean 16:33 ; Hébreux 5:8 ; Actes 14:22) et Il commence à travailler sur nous. Lorsque nous devenons déplacés et inconfortables (parce que nous voyons seulement Dieu comme un Dieu de « bénédictions ») nous commençons à Lui crier de tout arrêter. Puisqu’Il ne forcera pas notre volonté et, étant le parfait gentilhomme qu'Il est, Il dit, « OK » et Il arrête. Nous interprétons cet arrêt comme un renforcement du pouvoir que notre prière a sur les externes et nous commençons tout le processus encore une fois. Par nos actions, nous déclarons « savoir » plus ce qui est mieux pour nous que Celui qui nous a créés.

C'est lorsque nous percevons seulement mentalement le « bon » côté de Dieu au lieu de réaliser tout ce qu'Il est que nous tombons dans les déceptions et que nous commençons à nous convaincre que nous pouvons marcher avec un pied dans la lumière et un pied dans le monde. Le monde se trompe lui-même en croyant qu'il peut entrer dans un lieu de sécurité par son propre contrôle. Il essaie de placer un « tampon » entre lui-même et les calamités pour s’isoler lui-même de la réalité selon laquelle il n'a vraiment pas le contrôle. Nous avons vu dans les récentes années comment les « tampons » du monde peuvent s'effondrer et laisser ceux qui leurs faisaient confiance au dépourvu. Il y a beaucoup plus de ces choses à venir et leur intensité sera en très forte croissance.

La tentation du monde pour le succès ne peut pas être placée dans le royaume de l'esprit puisqu’ils entrent en conflit mutuellement, ils s’excluent mutuellement. Dieu veut nous voir prospérer, mais Il sait que si la convoitise dans notre cœur et notre détermination de faire notre propre volonté n'ont pas été suffisamment traitées en premier, cette prospérité aura comme seul résultat la mort, un lieu hors de Sa Présence, le même résultat qui fait que la lumière fait reculer l'obscurité. Donc, puisque nous vivons dans un royaume différent que le monde, Dieu utilise le monde pour amener les externes à porter dans notre vie ce qui nous forcera à rechercher Son Visage dans le royaume de l'esprit. Sa manière est de nous changer au milieu des circonstances, non pas de les enlever de nous.

« Fais de l’Éternel tes délices, et il te donnera ce que ton cœur désire ». Psaumes 37:4

Alors, de quelle manière pouvons-nous retourner vers ce lieu de « délices » aujourd'hui même ? Le cœur de la réponse se trouve dans Ésaïe 58:13, 14 : « pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour, si tu fais du sabbat tes délices, pour sanctifier l’Éternel en le glorifiant, et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, en ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours, alors, tu mettras ton plaisir en l’Éternel, et je te ferai monter sur les hauteurs du pays ».

Notre espoir demeure dans la vérité qu'Il EST un bon Dieu, qu'Il a notre meilleur intérêt en Son cœur et, si nous abandonnons le contrôle complet de nos vies pour Lui permettre la suprématie, nous commencerons à voir le reste de ce verset d’Ésaïe 58 commencer à se manifester dans notre vie :

« Alors, tu mettras ton plaisir en l’Éternel, et je te ferai monter sur les hauteurs du pays. Je te ferai jouir de l’héritage de Jacob, ton père ; car la bouche de l’Éternel a parlé ».

Cet article concerne seulement comment nous devons traiter les tribulations qui nous tombent dessus individuellement. Jésus a travaillé en notre nom, et, Il nous demande de faire la même chose pour les autres.
Back to top
14/08/2008 06:58:30
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures