PARLE-MOI DE JÉSUS Index du Forum
PARLE-MOI DE JÉSUS
Connaître Jésus et se faire connaître en Jésus. Une simple communion fraternelle inspirée de l'Esprit.
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
PARLE-MOI DE JÉSUS Index du Forum
PARLE-MOI DE JÉSUS Index du Forum LA BIBLIOTHÈQUE
PARLE-MOI DE JÉSUS Index du Forum LA BIBLIOTHÈQUE DU FORUM (prophétie, article et nouvelle) Le Superman qui a foi dans sa foi
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
21/03/2007 06:46:09
Auteur Message
Pierre Sabourin
Votre hôte

Inscrit le: 26 Oct 2005
Messages: 253
Localisation: Stoneham, Québec, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Le Superman qui a foi dans sa foi
SuperSpi, le Superman évangélique ou l'homme qui a foi dans sa foi
SOURCE : http://www.blogdei.com/index.php/2007/03/21/1338-superspi-le-superman-evangelique-ou
Et Dieu l'abandonna pour l'éprouver, afin de connaître tout ce qui était dans son coeur (2 Chroniques 32:31).

Depuis un moment déjà, j'ai envie de vous parler de SuperSpi, l'homme super spirituel, gonflé à bloc et chaussé des Reebok que donne le zèle de l'Evangile de paix. Spirituel? Pour lui, une épreuve physique, un accident, une malformation dans son enfant à naître, tout cela ne vient que parce qu'il manque de foi... Je peux d'autant mieux vous parler que, ce SuperSpi, je l'ai été durant longtemps; ce récit est presque autobiographique! Voici donc les dangers d'une foi désincarnée, d'une foi dans la foi, et non dans Celui qui la donne...

Des heures de louanges mais pas d' "anticorps"...

Il est communément admis que Dieu siège au milieu des louanges de son peuple. Je reste songeur... Vous ne pensez pas qu'il doit lui arriver parfois de baisser un peu le son pour se reposer les oreilles? Mais non, eux ils n'en sont pas persuadés. Et voilà nos jeunes qui se griment, poussent la sono et dansent, sautillent, gesticulent et vocifèrent, ou alors ondulent au gré des slows, une larme au coin de l'oeil, touché au plus profond de leurs émotions. C'est mignon et plein de candeur... Gonflés à blocs, nos ados sont prêts à lutter contre le diable. Chassant les mouches à la méthode Coué, ils forment ce qu'ils appellent l'Armée de l'Eternel... Quand l'émotion atteint son paroxysme, ils disent au diable: "Je suis prêt à lutter contre toi face à face". "Ah ?" dit le diable, "Bien ! Je te note dans mon agenda, je reviendrai te voir dans quelques temps."

Et voilà SuperSpi qui, fraîchement émoulu de son cocon "évangélicharismatique pentecôtisant", libre et indépendant, s'en va sur les routes, à la conquête du vaste monde. Armé de son brevet qui chasse les démons, pasteurisé, il a troqué ses Reebok contre une paire de Nike, à suspension hydraulique et refroidissement liquide. Nike, c'est un mot grec qui veut dire Victoire (100euros la paire). Il s'installe quelque part dans un pays aride, se lève à 4h chaque matin, chasse quelques démons, s'endort deux heures sur sa Bible, et le voilà d'attaque pour aller à la pêche aux âmes. Seulement, il a oublié une chose, notre petit ami. Il est dans l'arène, il est tout seul. Le clou du spectacle, c'est lui. Le lion est au régime depuis des siècles, et en plus, il a un caillou dans sa chaussure, notre SuperSpi ! Quel est ce caillou? Mais vous l'aviez deviné: notre SuperSpi n'a jamais appris seul à se battre. Sa force, il la tient du cocon dans lequel il a grandi. Sa spiritualité, il l'a forgée dans le moule où il a grandi mais il ne l'a pas vraiment éprouvée "dehors", tout seul. L'appropriation s'est faite intellectuellement mais jamais il n'a été livré à lui-même, dans un monde hostile, à développer ses propres anticorps.

Foi, moi? Jamais !

Mais passons au second point, qui comme le premier, fait beaucoup de ravages dans les rangs de "l'Armée de l'Eternel". Notre ami est un habitué des prédications remplies de foi. Il connait par coeur un grand nombre de versets qu'il anonne du matin au soir. Il sait quand il doit opiner de la tête ou tonner d'un "amen" retentissant. Bref, il est spirituel.

Pour lui, une épreuve physique, un accident, une malformation dans son enfant à naître, tout cela ne vient que parce qu'il manque de foi. Il redouble d'efforts donc ! Notre ami devient encore plus fervent dans son assiduité aux réunions, ses "amen" font trembler les murs, il prie toute la nuit dans son lit. Mais rien n'y fait. Son épouse veut divorcer, le problème qui l'assaille est toujours là. Devant cette attaque du diable, les bras lui tombent et il sombre dans le néant de la culpabilité. Des bienfaits de Dieu, qu'il compte désormais sur les doigts d'une main, il ne voit plus que l'ombre: Dieu l'a puni, il manque de foi, il n'est pas digne, Dieu l'a rejeté, il n'est qu'un mécréant.

Il toise une dernière fois la pierre qui dégringole de la montagne et la tance: "Au nom de l'Eternel, je te taille en pièces !" Et la pierre s'écrase lourdement sur lui, avec un fracas de tous les diables, l'emportant, lui, sa foi, ses livres et ses cassettes, dans un cataclysme dont il aura de la peine à se relever. Pourtant, péniblement il se redresse, dans la poussière du tumulte, pointe un doigt vengeur vers son Créateur et lui dit: "Pourquoi m'as-tu abandonné?" Il n'a pas compris, le pauvre bougre, il n'a pas voulu écouter la sagesse des anciens. Sinon il aurait vu qu'il comptait sur lui-même, sur sa foi et ses techniques, plutôt que sur Dieu seul qui par amour, voulait l'attirer au désert afin de parler à son coeur (Osée 2;14).

SuperTartempion, prédicateur à 300$ l'heure et apôtre des foules.

SuperTartempion passe rarement dans notre pays. Toutefois, l'écume de son passage reste longtemps sur les grèves de nos plages, noyées de monotonie. SuperTartempion, bien malgré lui sans doute, fait des ravages. Le peuple de Dieu veut devenir un peuple de précheur. Ils sont tous à se masser sur l'estrade, et il ne reste plus dans la salle qu'un technicien qui contrôle le feedback du micro. Et tous se pensent appelés à lui ressembler, et tous veulent briller sous les spotlights, être adulé des foules en liesse, et tous veulent souffler sur l'auditoire pour le voir tomber. Tous veulent ce beau costume, cette aisance et cette prestance. Bien peu considèrent que d'être ainsi exposé implique que l'on n'aura peut-être qu'une masure au ciel: si l'on fait tout pour l'apparence, l'apparence est notre récompense. Mais qu'importe que ce soit pour la gloriole, Christ est annoncé, réjouissons-nous.

Qu'importe si SuperTartempion est hors de prix. Qu'importe s'il distille des erreurs. Qu'importe s'il plante au hasard sa fourchette dans le pot en disant "un dollar pour moi, un pour le Seigneur". Qu'importe s'il couche avec des protituées devant la tente d'assignation. Qu'importe, l'Evangile n'en est pas moins annoncé. Des gens on levé le doigt, des gens ont rempli une carte...

Conclusion: Privé de désert? Service non compris.

Mais SuperSpi dans sa tour d'ivoire super-spirituelle, dans sa frustration et sa culpabilité, puis dans sa dépression, grinçant des dents contre Dieu, se ferme les écluses des Cieux; il ne deviendra jamais SuperTartempion. Privé de désert, il est privé de Dieu. Il n'a pas compris que, dans le désert de l'épreuve, l'Eternel son Dieu le portait, comme un homme porte son fils (Deut.1;31). Il n'a pas aimé ce lieu secret, cette cabane de voyageurs, fuyant les adultères et le tumulte de la foule (Jér.9;2). Dans cette solitude aux effroyables hurlements où le vent déchirait les pierres, il prêtait l'oreille pour entendre la voix de Dieu. Mais l'Eternel n'était pas dans le vent. Il n'a pas couru se cacher à l'abri des rochers. Il n'a vu, au désert, que du vent. Il a cherché à en prendre la mesure. Il l'a vu tourner au midi, amener de la chaleur, puis revenir du nord glacer son coeur et raviver ses souvenirs quand passaient les saisons.

Aujourd'hui, assis sous l'arbre de l'amertume, il se dessèche en gémissant. S'insurgeant contre les circonstances, il jalouse ses voisins, sans comprendre que si la main de Dieu s'apesentit sur lui, ça n'est que pour Sa gloire, qu'il chantait de tout son coeur un instant auparavant. Dieu l'a pris au mot et cherche à se servir de lui. Mais lui, lassé de mordre la poussière dans l'enclos du dressage, n'a qu'une idée en tête: quitter l'arène, coûte que coûte. Au pied de la Forteresse de l'Incrédulité, le voilà qui signe sa reddition en rampant; il n'a pas su calculer la dépense. "Que croyais-tu voir au désert, lorsque tu lisais tes livres pour enfants?" lui demande son Dieu. "Un roseau agité par le vent?" Couche après couche, Dieu l'a pelé comme un oignon, le noyant de Ses larmes. Nu, nourri de miel sauvage, abreuvé d'eau vive, il aurait pu être, plus petit d'entre les plus petits, balayure du monde, un serviteur du Dieu Très-Haut, à la parole duquel s'arrêtent les nuages, tremblent les portes de l'enfer et s'inclinent les rois. Il s'est disqualifié. Il est devenu un pot-de-chambre, félé, triste et malodorant, alors qu'il aurait pu transformer le désert en une oasis.

"Qui est celle qui monte du désert, Appuyée sur son bien-aimé?" (Cant.8;5)
_________________
Pharos : un phare qui éclaire dans le noir et qui guide à bont port. Gloire au seigneur Jésus notre lumière.
Back to top
21/03/2007 06:46:09
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures